Historique

1981

Pascale Laronze Diplômée de l’École Nationale de la Marionnette Allami Bàbszinhàz de Budapest fonde à Strasbourg L’ARALE (Association de Recherche et d’Animation autour du Livre pour Enfants). Formée en gravure et lithographie auprès d’artistes  reconnus et passionnée par la civilisation, la langue chinoise et toutes les « formes d’écriture », elle décide d’adapter des albums jeunesse au théâtre et de s’adresser au jeune public.

L'ARALE a alors pour but de mettre en scène des ouvrages contemporains de littérature jeunesse. C’est ainsi que 14 spectacles et livres théâtre ont été créés et joués dans toute la France et à l’étranger.

1988

L'ARALE change de nom et devient la Compagnie Papier-Théâtre, elle organise à Strasbourg le premier Printemps des livres.

1996

La compagnie décide de s’implanter dans le Trégor, en Bretagne et de monter un projet de territoire axé sur le développement culturel en milieu rural, en s’appuyant sur son expérience de travail collaboratif et intergénérationnel et en orientant ses créations autour de l’écriture et des arts plastiques.

1998

Le premier projet de la compagnie, Mémoires gravées, fait se rencontrer les enfants des écoles et des personnes très âgées résidant encore chez elles.

Ces rencontres ont donné lieu à l’édition d’un premier ouvrage d’art original tiré en 20 exemplaires composées d’extraits de textes issus des rencontres et de gravures réalisées par des adolescents.

1999

La Compagnie Papier-Théâtre devient une maison d’édition en proposant comme ligne éditoriale un travail de valorisation d’écrits collectifs.
Un second livre On était pas privés de dessert… Y’avait pas de dessert. est alors édité et rassemble l’ensemble des entretiens menés pendant plus de deux ans et retranscrits par les parents des enfants.

2002

La compagnie a l’opportunité de rénover un ancien magasin au centre du bourg du Vieux-Marché La Quincaillerie qu’elle transforme et qui donne son nom au nouveau projet de diffusion de spectacle. Ce lieu de rencontre et de curiosité accueille pendant 4 ans des spectacles, conférences, projections de films et de documentaires, ateliers de création pour toutes les générations, rencontres hebdomadaires autour d’un café, ateliers de pratiques musicales, repas contés …

Le lieu doit fermer ses portes pour des raisons administratives et La Quincaillerie devient itinérante. De communes en communes, de salle des fêtes en places publiques, de bars en salles à manger elle poursuit son travail de diffusion, de création artistique et de valorisation culturelle locale.

2005

Dans le cadre du projet Mémoires gravées la Compagnie Papier-Théâtre apprend l'existence du fonds photographique d'Yvonne Kerdudo, constitué de plus de 20.000 images prises dans Trégor pendant la première moitié du 20ème siècle .
La compagnie acquiert le fonds et un nouveau projet voit le jour : Le Vélo photo de Madame Yvonne. Une équipe de bénévoles très motivés se met rapidement en place pour restaurer, nettoyer, numériser, cataloguer et archiver l’ensemble du fonds. L’ensemble du fonds est ainsi sauvé en trois années avec des méthodes et du matériel professionnels.

L'équipe de bénévoles poursuit encore aujourd'hui le travail d’identification du fonds photographique d’Yvonne Kerdudo.

2010 - 2014

La Compagnie met en place Hors-Champs, un Centre de Créations Audiovisuelles s’adressant spécifiquement aux adolescents et aux jeunes adultes.
Hors-Champs propose au public jeune des rencontres avec des professionnels leur permettant de créer leurs propres vidéos et photos et de penser les possibilités de créations de visuels fixes et animés avec des outils professionnels.

2016

La Quincaillerie devient Le Pôle Image Rural, premier Pôle Image en milieu rural.

Sa création permet d'articuler l'ensemble des projets portés par la Compagnie Papier-Théâtre et d'orienter son travail de médiation et de création culturelle autour de l’image

Le Pôle Image Rural se décline en 5 projets principaux :
– la programmation de spectacles vivants
– La valorisation du fonds Yvonne Kerdudo
– les ateliers de pratiques artistiques
– les résidences d’artistes
– L’édition

 

body tail